Damien TROLARD

L'argentique c'est beau, mangez-en !

Comment développer ses pellicules soi-même ?

Comment développer ses pellicules soi-même ?

0 /5 -
0 vote

Développer ses propres pellicules argentiques paraît souvent inaccessible. On se dit que nos photographies seront bien mieux entre les mains d’un laboratoire professionnel. Et pourtant, en réalité, développer ses pellicules n’est pas très compliqué. Ca peut parfaitement être fait à la maison plus la plupart des pellicules.

Pourquoi développer ses pellicules ?

Développer ses pellicules argentiques a de multiples avantages. C’est d’abord, pour beaucoup de photographes, amateurs comme professionnels, un bon moyen de réduire drastiquement les coûts. En effet, développer et scanner une pellicule en laboratoire coûte généralement entre 12 et 18€. A la maison on va tomber sur des prix situés autour des 2€, ce qui est une différence plus que notable.

Enfin deuxième point important, développer ses pellicules évite de devoir aller jusqu’au laboratoire pour déposer et récupérer ses photos. Pour ceux qui ont la chance d’en avoir un à proximité, ce n’est pas un problème, mais si le laboratoire le plus proche se situe à 1h de chez vous, la différence peut être importante. En plus, en faisant le développement vous-même, plus besoin d’attendre des jours et des jours qu’ils aient terminé de s’occuper de vos photos. Ici, quand vous avez terminé une pellicule, vous pouvez tout de suite la développer et avoir le résultat quelques poignées de minutes plus tard !

Pellicules noir et blanc, couleur ou inversible ?

Les pellicules sont divisées en 3 types. Chaque type correspond en fait à un procédé de développement différent. Chaque pellicule doit donc être développée avec des produits chimiques qui correspondent à son type.

Le procédé noir et blanc : C’est le procédé de développement le plus simple. Il peut être fait avec très peu de matériel et ne nécessite que 3 produits différents. Si vous souhaitez développer vous-même vos pellicules, privilégiez celles utilisant ce procédé.

Le procédé C41 : Il est le procédé le plus commun en argentique. Il est utilisé pour la plupart des pellicules couleurs et certaines pellicules noir et blanc. C’est un procédé un plus complexe puisqu’il utilise 6 produits et demande de les maintenir à 38°C tout au long du procédé. Il est plus compliqué à mettre en place chez soi, mais peut tout de même être envisagé. Néanmoins, attention, il est très facile de rater un développement en C41, ça s’adapte beaucoup moins aux débutants.

Le procédé E6 : C’est un procédé de moins en moins proposé dans les laboratoires. Il est nécessaire pour développer les pellicules inversibles. C’est un procédé compliqué qui demande encore plus de rigueur que le C41. Sans moyen de contrôler précisément la température, c’est très difficile d’obtenir un bon développement. En général, pour faciliter les choses, on aura tendance à développer ces pellicules en traitement croisé, autrement dit, à les développer avec le procédé C41 plutôt qu’avec le E6 même ci cette technique influe sur le rendu final de l’image.

Développer ses pellicules noir et blanc

Dans cet article, nous allons parler uniquement du développement en noir et blanc puisque c’est le procédé le plus accessible. Si vous souhaitez développer vos propres pellicules noir & blanc, c’est par ici que ça ce passe !

Pour ceux qui souhaitent découvrir comment développer des pellicules couleur ou inversibles, je vous invite à rechercher sur votre moteur de recherche préféré plus d’informations à ce sujet !

Vous aimez cet article ?

Notez le !

Vous avez trouvé ce post utile ?

Partagez le sur les réseaux sociaux !

Vous n'avez pas aimé cet article ?

Permettez moi de l'améliorer !

Que voulez-vous voir dans cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *