Damien TROLARD

L'argentique c'est beau, mangez-en !

Les 8 étapes pour débuter en argentique

Les 8 étapes pour débuter en argentique

Hello les asticots ! Aujourd’hui on va s’adresser aux personnes qui voudraient se lancer en photographie argentique mais qui n’ont pas encore franchis le pas. Je vais vous expliquer ce qu’il faut et ne faut pas faire pour réussir à passer aux pellicules. Et ce, même sans y connaître quoi que ce soit à la photographie !
A vos appareils !

1- Utiliser un appareil adapté

Si vous n’avez pas déjà un appareil photo argentique, la première étape est de s’en procurer un. Et oui, sans appareil, ça risque d’être un peu plus compliqué. Pour ceux qui n’ont jamais fait de photographie, et plus généralement, ceux pour qui vitesse d’obturation, ouverture et sensibilité ne dit rien. Je vous conseille vivement de prendre un appareil plutôt récent. Ces derniers embarquent de nombreuses assistances électroniques qui vont grandement vous faciliter la tâche. Pour vous aider, j’ai d’ores et déjà fait un article sur cette partie de votre mission : Quel appareil photo argentique choisir ?

2- Choisir une pellicule

Ensuite, la deuxième étape est de choisir une pellicule. Il existe des pellicules noires et blanches, des couleurs, des très contrastées, des avec beaucoup de grain, chacune a ses petites spécificités. A vous de voir suivant votre budget et vos préférences. Pour plus de détails, j’ai même fait un article complet sur Comment choisir sa pellicule argentique ?

Néanmoins, pour une première pellicule, restez dans les moins chères. Malgré leurs prix tout mini, ces dernières ne sont pas moins qualitatives que les autres. Comme il y a de bonnes chances pour que ce premier essai contienne quelques ratés, il serait bête de gâcher une pellicule à un prix exorbitant. Mais dans tous les cas, pas de panique, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend ! 🤗

Exemple de pellicule 35mm – Ilford Super XP2 400

Le principal pour vous est de choisir une pellicule du bon format pour votre appareil. Un petit tour sur Wikipédia ou simplement sur votre moteur de recherche préféré vous donnera l’information. La très grande majorité des appareils utilisent des pellicules 135 (aussi appelées 35mm). Celles-ci sont trouvable un peu partout, que ce soit en magasin spécialisé, dans un laboratoire photographique ou sur internet. Vous pouvez même encore en trouver quelques-unes dans les supermarchés, bien que vous n’aurez pas autant de choix.

Si ce n’est pas le cas de votre appareil, il se peut qu’il utilise des pellicules 120. Celles-ci seront un petit peu plus compliquées à trouver. Oubliez les supermarchés, mais vous les trouverez quand même sans aucun mal en magasin spécialisé ou en ligne. Si vous êtes à la recherche d’un autre type de pellicule, malheureusement cela risque d’être plus compliqué. La plupart des formats peu courant ne sont plus fabriqués.

3- Comment mettre une pellicule dans son appareil ?

Maintenant que vous êtes munis de votre appareil et d’une pellicule, il est temps d’ouvrir la bête pour y placer cette dernière. Généralement l’ouverture se fait en tirant sur la manivelle de rembobinage située sur le dessus, à gauche de l’appareil. Sur les appareils les plus modernes ne disposant pas de manivelle, l’ouverture peut également se faire en actionnant un bouton placé sur le flanc gauche de l’appareil.

Une fois le dos de votre appareil ouvert, c’est le moment d’installer la pellicule à sa place. Pour cela, rien de plus simple !

Si votre appareil dispose d’une manivelle de rembobinage

Si votre appareil a une manivelle de rembobinage, laissez là bien en l’air, sans quoi, la pellicule peut refuser de rentrer dans certains appareils.

Placez votre pellicule dans l’emplacement prévu à cet effet. Généralement, il se situe sur la gauche de l’appareil, mais cela peut parfois varier. Pour ça, placez l’amorce vers vous, et insérez la pellicule dans votre appareil. Bien souvent, il faut la rentrer légèrement penché pour qu’elle se place comme il faut. Vous pouvez maintenant abaisser la manivelle de rembobinage pour que la pellicule soit maintenue correctement.

Il ne reste plus qu’à tirer l’amorce de la pellicule jusqu’au coté opposé de l’appareil. Placez le bout de l’amorce dans la bobine réceptrice, et vérifiez qu’elle tient correctement en tirant légèrement sur le levier d’armement. Si elle est correctement placée, la pellicule doit se tendre légèrement et non se retirer de la bobine réceptrice.

Si elle est placée correctement, tout est bon, il ne vous reste plus qu’à bien refermer le dos de l’appareil et faire des photos jusqu’à ce que le compteur de photographies indique 0. En général, il faut déclencher 2 à 3 fois. Cela permet de déplacer la partie de la pellicule qui a été exposé pendant son installation.

Pellicule chargée dans un Canon AV1

Si votre appareil avance la pellicule électriquement

Si votre appareil ne dispose pas d’une manivelle de rembobinage, cela veut dire que la pellicule est avancée électriquement.

Placez votre pellicule dans l’emplacement prévu à cet effet. Généralement, il se situe sur la gauche de l’appareil, mais cela peut parfois varier. Pour cela, placez l’amorce vers vous, et insérez la pellicule dans l’appareil. Bien souvent, il faut la rentrer légèrement penché pour qu’elle se place comme il faut.

Il ne reste plus qu’à tirer l’amorce de la pellicule jusqu’au coté opposé de l’appareil. Une petite marque indique le point jusqu’auquel l’amorce doit être tirée, cette marque est normalement représentée par un marqueur coloré ou une flèche.

Une fois que c’est fait, il ne reste plus qu’à refermer l’appareil. En l’allumant, il devrait avancer de lui même la pellicule jusqu’à la première photographie. Si ce n’est pas le cas, ce sera à vous de déclencher des photographies jusqu’à ce que le compteur de déclenchement indique « 0 », ce qui signifie que vous êtes prêt à faire votre première photo.

Pellicule chargée dans un Canon T90

4- Ne JAMAIS ouvrir le dos de l’appareil une fois une pellicule commencée

Ca parait logique pour certains, mais ça reste une précision hyper importante. Une fois qu’une pellicule est chargée dans l’appareil, il est important de ne JAMAIS l’ouvrir avant que cette dernière soit entièrement rembobinée. Autrement, vous risquez de perdre l’intégralité de vos photographies en les exposants à la lumière.

5- Profiter et faire des photos

Maintenant que votre pellicule est en place, votre appareil est prêt, c’est le moment d’en profiter pour sortir, voir des amis, de la familles, et faire de jolies photos accompagnées de merveilleux souvenirs !

6- Rembobiner la pellicule

Votre pellicule est terminée quand vous ne pouvez plus passer à la photographie suivante. Pour les petits chanceux à avoir un appareil hyper moderne, vous n’aurez rien n’a faire, au pire vous devrez appuyer sur le bouton de rembobinage s’il ne le fait pas déjà de lui même. Globalement, il ne vous restera plus qu’à attendre que l’appareil ait finit de rembobiner la pellicule tout seul comme un grand.

Pour les autres, il faudra appuyer sur le petit bouton de déverrouillage du rembobinage (la plupart du temps il est appelé bouton de rembobinage ou levier de débrayage dans les manuels). En général situé sous l’appareil, il vous permettra de déverrouiller le mécanisme qui permet de faire avancer la pellicule. Et cela dans le but de pouvoir la rembobiner sans l’abîmer.

Enfin, il ne reste plus qu’a tourner la manivelle de rembobinage dans le sens des aiguilles d’une montre. Après avoir fait un bon nombre de tours, vous devriez entendre le bruit de l’amorce qui entre dans la pellicule. D’un coup la manivelle devient hyper facile à tourner, c’est signe qu’on est arrivé au bout.

Vos photos sont maintenant bien à l’abris dans la pellicule. Vous pouvez alors ouvrir le dos de votre appareil pour la récupérer !

7- Stocker ses pellicules photographiées

Une fois vos pellicules utilisées, elles deviennent très sensibles et doivent être stockées avec soin. Si vous faites développer vos pellicules dans le mois après son utilisation, vous n’aurez aucun problème avec cette dernière. Stockez la simplement dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Un placard ou un tiroir peut parfaitement convenir.

Si vous souhaitez les conserver plusieurs mois avant de les faire développer, il est conseillé dans les stocker au frais. Pour cela, enfermez-les dans leur étui de protection et placez les dans votre réfrigérateur. Ainsi, vous pourrez les conserver de nombreux mois sans problème. Néanmoins, rappelez-vous qu’une pellicule utilisée est sensible. Il est préférable de la faire développer assez rapidement pour limiter les risques.

8- Où faire développer ses pellicules ?

Aller dans un laboratoire photo

Pour faire développer vos pellicules 2 solutions s’offrent à vous. Si vous êtes en ville ou proche d’une ville vous aurez certainement la chance d’avoir un laboratoire non loin de chez vous. Les prix et la qualité des prestations peuvent varier entre les laboratoires photographiques, pensez à comparer ce que chacun propose.

Evidemment, il vous sera possible de développer vos pellicules pour les transformer en négatifs. Mais vous pourrez également demander à les scanner pour les obtenir sur votre ordinateur ou encore en faire des tirages papier. Souvent un forfait permet de faire le développement et le scan d’une pellicule pour des prix allant de 10 à 15€ si c’est fait par des machines, et pouvant aller au-delà lorsque c’est fait à la main.

Le développement par correspondance

Autrement, si vous ne pouvez pas vous déplacer jusqu’à un laboratoire, de plus en plus d’entreprises proposent du développement par correspondance. Autrement dit, vous leur envoyez vos pellicules, et eux s’occupent du reste.

Faites attention cependant, suivant les laboratoires, certains fournissent des étiquettes d’expédition prépayées, et d’autres vous laissent effectuer l’envoi à vos frais. Vous vous en douterez, dans tous les cas, l’expédition est un frais supplémentaire à prévoir dans la facture finale. De plus, si vous souhaitez faire des tirages papier ou simplement récupérer vos négatifs, il faudra prévoir encore des frais d’expéditions supplémentaires pour l’envoi jusqu’à votre domicile.

Le développement par correspondance est donc une bonne solution pour s’éviter d’aller jusqu’à un laboratoire. Cependant, les frais d’expédition peuvent devenir assez importants, c’est donc loin d’être la solution la plus économique.

Développer ses pellicules soi-même ?

Que ce soit par souci d’économie ou pour toute autre raison, développer et scanner ses pellicules chez soit est possible. Sur le long terme ça peut même être très intéressant. Vous pourrez ainsi développer et scanner vos pellicules pour moins de 2€ et vous éviter la corvée d’aller au laboratoire.

Seulement, tout faire soi-même demande aussi beaucoup de temps et un investissement personnel et financier. Pour ceux que ça ne refroidit pas, sachez également que développer des pellicules noires et blanches est beaucoup plus simple et accessible que des couleurs. Ce n’est pas quelque chose que je conseille aux débutants. Mais pour les plus passionnés d’entre vous ça peut être une solution intéressante.

Pour les petits curieux, je vous mets quelques articles où j’en parle plus en détail :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *