Damien TROLARD

Le blog photo argentique

Comment créer des Cyanotypes : la recette

Comment créer des Cyanotypes : la recette

4.4 /5 -
30 votes

Le Cyanotype est un ancien procédé photographique. Créé en 1842, il a la grande particularité de produire des images au bleu caractéristique, sans encre ni électricité, mais uniquement grâce aux UV du soleil. Et contrairement à la plupart des autres procédés photographiques, le Cyanotype n’utilise que des produits peu dangereux. Il peut donc être reproduit à la maison !

Activité créative idéale pour les enfants, comme pour les parents, pendant les jours ensoleillés, c’est une technique qui peut très facilement être faite en famille. On trouve même les produits nécessaires sous forme de petits kits pour pouvoir le faire très facilement.

Dans un précédent article nous parlions de son histoire et de son principe chimique, mais aujourd’hui nous allons voir comment fabriquer facilement des Cyanotypes avec ses petites mains !

Les ingrédients

Kit Cyanotype
Disponible en formats 70mL, 200mL, et 500mL
et fabriqué en France

Pour 25mL de préparation (soit environ 6 à 10 feuilles A4) :

  • 1g de ferricyanure de potassium
    C’est une poudre rouge, ne pas confondre avec le ferrOcyanure de potassium qui est jaune.
  • 2.5g de citrate d’ammonium ferrique vert ou brun
    Le vert a la réputation de donner un temps d’exposition légèrement plus court que le brun, mais les deux fonctionnent.

Vous pouvez obtenir très facilement ces produits dans le Kit Cyanotype fabriqué par mes soins, et disponible sur la boutique du blog. Les produits sont déjà préparés et en bonnes proportions dans des bouteilles. Il ne reste plus qu’à compléter ces dernières avec de l’eau pour pouvoir s’amuser ! 😊

Les outils

  • Des feuilles ou tout autre support
    Ca marche aussi très bien sur du carton, des tissus, ou du bois non traité.
  • Un pinceau assez large
    Un pinceau en mousse ou un pinceau de travaux.
  • Un petit récipient
    Type bécher ou ramequin.
  • Une plaque de verre ou un cadre photo
    Pour bien plaquer le support.
  • Un bac et de l’eau
    Pour le rinçage.

Avertissements

Malgré les risques très réduits, la fabrication de cyanotypes nécessite quelques précautions pas toujours bien mentionnées sur les kits grands publics :

La création de cyanotypes utilise et crée des produits peu toxiques pour l’homme mais pouvant être irritants. Evitez tout contact avec la peau ou les yeux, toute inhalation, ou toute ingestion. L’utilisation de gants et de lunettes de protection est conseillée. Conservez ces produits hors de portée des enfants.

Le ferricyanure de potassium utilisé peut être nocif pour les organismes aquatiques. Il ne doit pas être rejeté dans l’évier ou dans la nature. De plus, ce dernier ne doit jamais être mis en contact d’acides puissants. Dans le cas contraire, il produit un gaz toxique pouvant être mortel.

La recette

Etape 1 : Préparer les produits

Tant que les deux solutions ne sont pas mélangées ensembles, les manipulations peuvent être effectuées à la lumière du jour.

Pour pourvoir créer des Cyanotypes, nous devons dans un premier temps préparer les deux produits.

Avec les bouteilles du Kit Cyanotype : Elles contiennent déjà la bonne quantité de préparation. Remplissez simplement chacune des deux bouteilles avec de l’eau, puis mélangez jusqu’à dissolution complète. Vous pouvez passer directement à l’étape suivante.

Avec les produits en vrac : ici ça va être à vous de jouer au petit chimiste pour préparer vos produits. Pour cela, munissez vous d’une balance de précision, et placez-vous dans une pièce bien ventilée. Ici, nous allons préparer 25mL de préparation, soit de quoi produire environ 6 à 10 feuilles A4.

Solution A : 8% de ferricyanure de potassium :
Dans un premier récipient, pesez 1g de ferricyanure de potassium (la poudre rouge). Et ajoutez-y 11.5g d’eau, pour atteindre 12.5g (ce qui équivaut à ~12.5mL) de préparation. Enfin, mélangez jusqu’à ce que le produit soit entièrement dissous.

Solution B : 20% de citrate d’ammonium ferrique :
Dans un second récipient, pesez 2.5g de citrate d’ammonium ferrique (la poudre verte ou brune). Et ajoutez-y 10g d’eau, pour atteindre 12.5g (ce qui équivaut à ~12.5mL) de préparation. Enfin, mélangez jusqu’à ce que le produit soit entièrement dissous.

Conseils de conservation

Une fois les deux produits dissous dans l’eau, si vous souhaitez les conserver, il est nécessaire de les garder chacun dans un récipient distinct. Lorsqu’ils sont mélangés ensemble, comme nous allons le faire dans les prochaines étapes, le produit créé ne peut être conservé que quelques heures. Veillez donc à n’utiliser que la quantité souhaitée.

Les deux produits doivent être conservés dans un lieu frais et à l’abri de la lumière. Placez-les au frigo ou dans une cave pour pouvoir les conserver jusqu’à 2 mois. Au-delà, les solutions restent utilisables, elles deviennent simplement moins efficaces avec le temps.

Si ces dernières ne sont pas correctement stockées elles peuvent développer des moisissures. Si vous en constatez dans vos produits, tout n’est pas perdu. Ils restent utilisables après filtration.

Etape 2 : Créer le mélange sensible à la lumière

Nous allons mélanger les deux produits, à partir de ce moment, toutes les manipulations doivent être faites à l’abri de la lumière du jour. Le mélange est sensible aux UV, vous pouvez donc vous éclairer avec une lumière artificielle.

Mettez la quantité souhaitée de l’une des solutions dans un récipient propre et ajoutez la même quantité de la seconde solution. A noter qu’il faut compter 25mL (soit 12.5mL de chaque solution) pour couvrir environ 6 à 10 feuilles A4.

Enfin, mélangez quelques instants.

Votre préparation photosensible est maintenant prête, attention à ne pas l’exposer aux UV ! Cette dernière ne peut pas être conservée, pensez à l’utiliser dans la journée.

Etape 3 : Badigeonner le support

Maintenant que le produit est prêt, il est temps de l’appliquer sur un support. On prend généralement une feuille de papier, mais ça marche aussi très bien sur du carton, des tissus, ou du bois non traité. Il est même possible d’en créer sur du verre à l’aide de gélatine.

Dans tous les cas, pensez à protéger l’endroit où vous le faites, d’autant plus si vous êtes sur un meuble en bois. Le liquide pourrait entrer dans les fibres du meuble et y incruster la couleur bleue du Cyanotype définitivement.

Badigeonner votre support à l’aide d’un pinceau large. Appliquez la solution verticalement puis horizontalement afin de bien imprégner votre support.

Enfin, laissez votre support sécher à l’abri des UV. Vous pouvez le laisser à plat ou l’accrocher avec des pinces à linge. Pour les plus pressés d’entre vous, il est possible d’accélérer le processus en utilisant un sèche-cheveux.

Avant d’être exposé au soleil, la couleur du produit à Cyanotype peut varier du vert au jaune, ne soyez pas inquiets si vous n’obtenez pas la même couleur que sur l’image.

Etape 4 : Ajoutez les éléments de votre choix

Maintenant que votre support est prêt, il est temps de l’exposer à la lumière du soleil. Pour cela, disposez le(s) élément(s) de votre choix (plantes, négatifs photo, dessins, etc…) sur votre support et couvrez le tout avec une plaque de verre.

Si vous utilisez du papier ou du carton suffisamment fin, il est aussi possible de placer le tout dans un cadre photo.

Etape 5 : Exposer le Cyanotype

Placez votre création en plein soleil. Pour obtenir une exposition correcte, la durée dépend de la puissance des UV et de la couleur finale souhaitée. Suivant la saison, en France, comptez environ 15 minutes en plein soleil en été, et jusqu’à 1h30 en hiver.

Si le ciel est nuageux, la durée d’exposition peut être multipliée par 5, voire 10, veillez donc à faire vos Cyanotypes pendant des journées bien ensoleillées. Autrement, il est possible d’utiliser des lampes UV, ou des lampes horticoles, pour ne plus dépendre de la météo.

Exposé aux UV, votre support va alors rapidement changer de couleur. Le Cyanotype va d’abord virer au bleu-gris, avant de partir vers une teinte orange voire marron, et de revenir finalement sur une teinte à cheval entre le marron et le bleu. C’est quand cette dernière teinte est bien marquée que l’exposition est réussie.

Etape 6 : Rinçage

Retournez sous une lumière artificielle

Après avoir exposé votre création en plein soleil, prenez un bac suffisamment grand pour pouvoir y tremper votre support, et remplissez-le de quelques centimètres d’eau.

Si vous utilisez un support de grande taille et qu’il est impossible de le rincer en le plongeant dans l’eau, vous pouvez faire cette étape en utilisant un pinceau ou une brosse douce.

Placez votre réalisation dans l’eau, en remuant de temps en temps, pendant environ 5 minutes. Votre eau va alors jaunir et le bleu caractéristique du cyanotype va se révéler tout doucement. Le rinçage est terminé quand les parties claires de votre création ne sont plus du tout jaunes.

“Mon Cyanotype reste légèrement jaune, que faire ?” : Si votre papier garde une teinte légèrement jaune après le rinçage, il est possible que ce soit dû à une eau trop calcaire, ou à un papier au pH trop élevé (la plupart des papiers du commerce subissent un traitement pour améliorer sa conservation qui crée ce problème). Faites un nouvel essai en ajoutant un peu de vinaigre blanc ou de jus de citron à votre eau de rinçage, cela devrait corriger en bonne partie le problème.

Toutes mes félicitations, votre papier n’est maintenant plus sensible à la lumière ! Le bleu visible dans le bac va continuer à se foncer durant les minutes à venir au contact de l’oxygène présent dans l’air.

Etape 7 : Admirer le travail

Après un dernier passage par la case séchage, votre travail est terminé ! Vous pouvez maintenant admirer votre Cyanotype et le partager avec vos proches !

Modifier la couleur d’un cyanotype ?

Les cyanotypes ont un bleu très caractéristique. Mais saviez-vous qu’il est possible de jouer avec certains produits pour en modifier la teinte ? Pour cela rien de plus simple, directement après votre rinçage, trempez vos créations dans un second bain en y ajoutant le produit de votre choix pour voir son action !

L’eau oxygénée : diluer quelques gouttes d’eau oxygénée dans de l’eau permet d’y ajouter de l’oxygène, vous allez alors obtenir un bleu très profond en quelques secondes. Vous pourrez ainsi voir le résultat de votre image immédiatement sans devoir attendre que celle-ci se fonce avec le temps. Techniquement ça permet aussi d’avoir un bleu plus profond qu’en le laissant à l’air libre.

Le vinaigre blanc : contrairement à l’eau oxygénée, diluer quelques gouttes de vinaigre dans de l’eau va alléger la teinte bleue. Mais il crée aussi plus de nuances. Vous obtiendrez alors un résultat moins contrasté.

Du thé ou du vin rouge : Le tanin présent dans ces produits va venir transformer le bleu en une teinte marron, voire grise. Le café a d’ailleurs un résultat similaire, mais le bleu reste légèrement présent.

Vous aimez cet article ?

Notez le !

4.4 /5 - 30 votes

Vous avez trouvé ce post utile ?

Partagez le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Merci de tous vos conseils très clairs. Pas de problèmes pour les mélanges, le papier mais
    j’aimerai savoir si l’épaisseur de la vitre a de l’importance (sur le temps d’exposition particulièrement).
    Cordialement.

    1. Merci pour votre retour !
      Tant que la vitre n’est pas teintée, ou traitée anti-UV, il ne devrait pas y avoir de changement notable 🙂

      1. Merci ! Je ne pense pas qu’elle soit teintée (vitre de magasin assez ancienne) ni même traitée anti-UV. Je fais donc un essai … dès que le soleil le permettra !
        Cordialement

  2. Passionnée et débutante.
    J habite au Québec Canada.
    J’imagine..les produits ne sont pas envoyés par ici.
    Merci de partager cette passion..

  3. Bonjour,
    Comment ça marche avec les photographies ? Parce que si on pose une photo sur le produit le rectangle entier va rester blanc non ? Puisqu’il bloque les UV.

    1. Il faut utiliser des négatifs photo, ils ne filtrent pas les UV 🙂
      Avec les négatifs de pellicules argentiques ça marche très bien, mais on peut aussi le faire pour des photos numériques, auquel cas il faut soit imprimer vos photos sur un papier transparent (à savoir que ça ne marche pas avec toutes les imprimantes), soit passer par une entreprises qui propose d’imprimer des images numériques sous forme de négatifs (il faut bien chercher mais ça existe) 🤗

  4. Bonjour,

    merci pour cet article détaillé et avec les précautions à respecter; où acheter ces produits ?

    Merci d’avance,
    Marin

    1. Ces produits peuvent être trouvés assez facilement sous la forme d’un kit sur internet ou dans certains magasins aux rayons créatifs.
      Mais si vous voulez les acheter sous forme de poudres individuelles, c’est un peu plus complexe, rare sont les revendeurs de produits chimiques à être accessibles aux particuliers, mais pour ne pas faire de publicité à une boutique en particulier, vous pouvez malgré tout réussir à en trouver quelques-uns sur internet 😊