Damien TROLARD

Le blog photo argentique

Photo de rue argentique – Qu’est-ce que j’emmène dans mon sac ?

Photo de rue argentique – Qu’est-ce que j’emmène dans mon sac ?

3 /5 -
1 vote

Vous le savez certainement, je fais énormément de photo de rue. Comme j’ai réellement commencé la photographie en manifestation, l’idée de capturer un instant de vie, et non un instant créé pour mettre en valeur un élément, m’a toujours fascinée. Mais que ce soit dans la rue, ou même en événementiel, ce sont des mondes où tout doit aller vite. On a rarement le temps de choisir son objectif, et ses paramètres. Il faut toujours avoir une longueur d’avance sur ce qu’il va se passer pour être prêt au bon moment. Mais alors, qu’est-ce que j’emmène avec moi pour ce genre de photographie ?

Mes appareils

Pour commencer, au risque de surprendre certaines personnes qui pensent qu’il vaut mieux voyager léger, j’emmène toujours avec moi plusieurs appareils, c’est souvent 2, parfois même 3 appareils photo argentiques qui me suivent. L’idée est d’avoir avec soit des pellicules et des objectifs différents sur chaque appareil pour être prêt dans la majorité des situations. De cette manière on n’a pas besoin de devoir changer de focale ou de pellicule en cours de route, ce qui pourrait nous faire manquer une situation intéressante à capturer.

Dans ce genre de circonstances j’emmène que des appareils avec lesquels je suis plutôt déjà à l’aise, et avec lesquels j’ai mes habitudes. Si vous prenez un appareil tout nouveau pour vous, il y a fort à parier que vous ayez besoin de réfléchir à chaque fois que vous avez besoin de changer un paramètre. Ce qui n’est pas agréable, et qui pourrait, là aussi, vous faire rater des photos. Maintenant avis aux débutants, la photo de rue est un bon moyen pour s’habituer à son appareil mais attendez-vous à avoir de nombreux ratés.

Un Canon T90 et un Canon AE1 Program

Pour ma part, j’emmène très souvent un Canon T90, ainsi qu’un Canon AE1 Program. Ce sont des appareils que je transporte quasiment partout et que j’apprécie particulièrement. Certains vont penser que prendre le T90 en photo de rue est un peu fou puisqu’il est immense, et tout sauf discret, et c’est vrai !

Mais en photo de rue, plus vous vous cacherez pour faire des photos plus vous allez paraître louche aux yeux des gens. Si vous transportez un appareil ayant l’air professionnel pour le grand public, vous arriverez beaucoup plus facilement à faire transparaître l’image d’un photographe pro, et non celle d’une personne un peu trop curieuse ou malveillante. De mon expérience, avec ce genre de matériel, les gens sont surtout curieux de savoir ce que vous faites, et pas vraiment embêtant du moment que vous êtes respectueux et pas trop intrusifs.

Quels objectifs ?

Du côté des objectifs, il y a plusieurs écoles. Il y a ceux qui prennent des zooms pour avoir plus de polyvalance, ce qui n’est pas idiot du tout. Mais gare à ne pas prendre l’habitude de zoomer plutôt que de bouger, la focale utilisée peut complètement changer l’image finale. C’est le problème de beaucoup de débutants, ils restent à l’écart par peur d’être remarqués, et du coup les images paraissent souvent plates. N’hésitez pas à bouger !

Un Canon FD 50mm f1.8 et un Makinon FD 28mm f2.8

Personnellement j’ai plutôt tendance à utiliser des focales fixes, c’est une contrainte, mais avec un peu de pratique on apprend vite à bien se positionner du premier coup pour obtenir le cadre voulu. J’emporte bien souvent un 28mm f2.8 et un 50mm f1.8, ce sont des objectifs très classiques mais qui correspondent très bien à la grande majorité de mes photos.

Quelles pellicules ?

Au niveau des pellicules, là encore, chacun a ses petites habitudes. Désolé d’avance aux amateurs de photos au grain hyper présent, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. Adieu donc la sainte Ilford HP5+ que beaucoup voient comme la pellicule de base que tout le monde devrait avoir.

De mon côté je suis plus fan de pellicules plus douces. En été, je privilégie des pellicules au contraste assez léger pour contrebalancer avec le grand soleil de cette saison. Je pars plutôt sur des Kodak Tmax, ou les Agfa APX qui sont moins coûteuses. Et si le soleil se fait moins présent, je vais alors me diriger vers des pellicules plus contrastées, comme les Kentmere, ou encore les Rollei RPX.

Mais mes choix sont rarement fixés, j’achète toujours une grande variété de pellicules, ce qui me permet de faire au fil des situations et des envies ! En plus, en ayant deux appareils, je peux me permettre de mettre une pellicule que je connais bien dans l’un, et une que je veux découvrir dans le second, sans risquer de rater tout le travail d’une sortie photo !

Vous aimez cet article ?

Notez le !

3 /5 - 1 vote

Vous avez trouvé ce post utile ?

Partagez le sur les réseaux sociaux !

Vous n'avez pas aimé cet article ?

Permettez moi de l'améliorer !

Que voulez-vous voir dans cet article ?

La newsletter

Restez au courant des prochains articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *