Damien TROLARD

Le blog photo argentique

Révélateur ou fixateur argentique périmé : peut-on s’en servir ?

Révélateur ou fixateur argentique périmé : peut-on s’en servir ?

4 /5 -
1 vote

Lorsqu’on développe soi-même ses pellicules argentiques, ou qu’on récupère du matériel d’occasion, on a une problématique très courante qui se pose, qui est la gestion des différents produits. Toutes les chimies de développement argentiques ont une durée de vie. En général, on peut les garder jusqu’à 2 ans si elles sont neuves.

Mais une fois ouverte, le compte à rebours est lancé. La plupart des fabricants indiquent que les bouteilles entamées doivent être terminées dans les 6 mois à venir dans des conditions de stockage idéales, et bien moins si les bouteilles contiennent de l’air. Mais rare sont les amateurs à terminer leurs produits à temps, et que ce soit par question d’économie ou d’écologie, on n’a pas forcément envie de les jeter alors qu’elles sont encore bien remplies. D’où la question du jour : est-ce qu’on peut se servir de chimies périmées ?

Utiliser des produits périmés, une pratique risquée ?

La plupart des puristes vont crier au scandale en lisant cet article. Mais oui, utiliser des chimies périmées est tout à fait possible. Néanmoins, il faut quand même prendre quelques précautions. Sachez tout d’abord qu’en utilisant ces produits, le résultat sera bien plus hasardeux qu’avec des produits neufs. Si vous voulez avoir une pellicule parfaitement développée avec un temps de révélation super précis c’est mal barré.

Exemple d’une pellicule pas suffisamment révélée

Mais pour ceux qui aiment le risque, ou simplement qui n’ont pas besoin d’avoir une révélation parfaitement contrôlée, c’est tout à fait faisable, à condition de vérifier au préalable que nos chimies ne sont pas complètement HS. Voici donc quelques astuces pour vérifier qu’elles font encore leur travail. A savoir que tester ses produits ne veut pas dire qu’ils sont parfaitement utilisables tel quel, il faut souvent y aller au ressenti et être généreux sur les durées et les dosages pour compenser leur oxydation.

Néanmoins, même avec de la pratique, et en testant ses produits au préalable, ça peut arriver de mal estimer à quel point les produits se sont détériorés. Ca n’empêche donc pas d’avoir un raté dans le lot, soyez vigilants si vous faites ça avec des pellicules auxquelles vous tenez absolument.

Comment tester son révélateur ?

Pour tester son révélateur, rien de bien sorcier. On va utiliser l’amorce de la pellicule que nous voulons développer. Pour cela, il vous suffit de la découper, faites-en 2 morceaux. Plongez l’un des deux morceaux dans une solution de révélateur prête à utiliser (gardez le second morceau de côté, on va l’utiliser pour tester le fixateur).

On va en fait simuler un développement avec l’amorce. Tout comme le reste de la pellicule, celle-ci est sensible à la lumière. Une fois plongée dans le révélateur, elle devrait alors devenir entièrement noire puisqu’elle a été exposée à la lumière du jour.

Photographie d'un morceau de pellicule noircie dans une bouteille transparente remplie de révélateur
Un morceau de l’amorce devenu noir après révélation

Le morceau de pellicule doit devenir entièrement noir en quelques minutes. Si elle met plus de temps à devenir noire que la durée de développement recommandée normalement, il va falloir réadapter la durée de révélation. Et si elle ne noircit pas, ou pas totalement, il y a de bonnes chances pour que votre révélateur soit devenu inutilisable.

Comment tester son bain d’arrêt ?

Tester son bain d’arrêt est également très simple. Il faut simplement vérifier son pH. Vous pouvez obtenir la mesure du pH en achetant du papier pH ou un pH-mètre électronique. On en trouve dans bon nombre de grands magasins aux rayons des aquariums, ou avec les produits d’entretien de piscine.

Photographie d'une bande de test de pH
Une bande de test de pH

Un bain d’arrêt en condition optimale doit avoir un pH acide, situé en dessous de 5,5. Au fil des pellicules, son acidité va disparaître et le pH monter de plus en plus. Du moment qu’il ne s’aventure pas trop au-dessus de 6 tout va bien, il ne sera simplement plus aussi efficace. Et s’il s’approche des 7, c’est qu’il est complètement HS. Mais n’oubliez pas que le bain d’arrêt peut-être remplacé par de l’eau vinaigrée en cas de besoin, vous pouvez donc le remplacer assez facilement.

Comment tester son fixateur ?

Pour tester le fixateur, nous allons procéder comme pour le révélateur. Nous allons d’ailleurs utiliser ici le second morceau d’amorce de la pellicule. Plongez ce morceau dans une solution de fixateur prête à utiliser. En ayant plongé ce morceau de pellicule non révélé dans du fixateur, il devrait devenir entièrement transparent.

Photographie d'un morceau de pellicule devenu transparent dans une bouteille transparente remplie de fixateur
Un morceau de l’amorce devenu noir après fixation sans révélation

Normalement votre morceau d’amorce doit devenir transparent en moins de 3 à 4 minutes. Comme avec le fixateur, si c’est plus long, ou que le négatif garde une teinte rosée, il va falloir penser à soit, augmenter la concentration de fixateur, soit rallonger la durée de fixation. Par contre, s’il ne devient pas transparent, c’est que votre fixateur est HS.

Vous aimez cet article ?

Notez le !

4 /5 - 1 vote

Vous avez trouvé ce post utile ?

Partagez le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *