Damien TROLARD

Le blog photo argentique

La recette du Caffenol : Le révélateur au café ou aux plantes

La recette du Caffenol : Le révélateur au café ou aux plantes

0 /5 -
0 vote

En argentique, on entend de plus en plus parler du Caffenol. C’est une recette qui permet de fabriquer soi-même du révélateur avec des ingrédients non-toxiques et trouvables dans le commerce. Et notamment avec du café qui en est l’élément principal. Elle est aujourd’hui très aimée pour son côté DIY, et pour son aspect plus écologique que les révélateurs vendus par les industriels.

Mais si on regarde cette recette de plus prêt, on se rend vite compte que le principe actif présent dans le café est en fait présent dans bon nombre d’autres ingrédients, comme la bière ou le vin. Mais j’ai voulu aller plus loin dans l’idée d’un révélateur écologique.

En fait, ce principe actif s’appelle l’acide caféique, et il est aussi présent dans de très nombreuses plantes dans des quantités plus ou moins fortes. Et celles qui en contiennent le plus sont la sauge, le thym, et la menthe. Aujourd’hui on va donc voir ensemble comment fabriquer du révélateur argentique facilement, avec du café, mais aussi avec des plantes trouvables autour de chez vous !

Les ingrédients

Pour préparer 1L de révélateur, vous aurez besoin de :

40g de café soluble (les premiers prix sont souvent les plus efficaces)
ou 5g de sauge officinale séchée
ou 5g de menthe douce séchée
ou 6g de thym commun séché

54g de carbonate de sodium en poudre, ou 145g s’il est sous forme de cristaux
On le trouve généralement en supermarché sous le nom de cristaux de soude, à ne pas confondre avec la soude caustique, la lessive de soude, ou encore le bicarbonate de soude

16g de vitamine C pure
Ca fonctionne aussi avec des cachets de vitamine C, mais ça coûte un bras, et les autres produits qu’ils contiennent peuvent laisser des dépôts sur les photos

10g de sel iodé
La recette originale utilise du bromure de potassium à la place, mais l’iode présent dans le sel le remplace parfaitement

Vous pouvez vous procurer facilement ces produits déjà préparés avec les bonnes proportions sur la boutique du blog dans le Kit Caffenol ! Vous pouvez également obtenir la Préparation chimique pour Caffenol pour pouvoir l’utiliser avec votre propre café, ou des plantes plus locales, voire même celles de votre jardin !

Kit Caffenol
Pour fabriquer son révélateur au café
Préparation chimique pour Caffenol
Pour fabriquer un révélateur avec
les éléments que vous souhaitez !

Avertissement

ATTENTION, bien que le carbonate de sodium soit un produit naturellement présent dans l’environnement, il a un pH très élevé, et peut donc provoquer de fortes irritations. Manipulez-le avec précaution. En cas de contact avec la peau ou les yeux, rincez à grande eau. Consultez votre médecin si les symptômes persistent.

Même s’il est bien moins polluant que d’autres révélateurs, le kit RévéPlant peut tout de même avoir un impact sur l’environnement. Sa composition étant proche de celle d’un déboucheur de canalisation, il peut techniquement être recyclé en tant que tel. Cependant, vous vous douterez qu’un déboucheur est lui aussi loin d’être sans impact sur l’environnement, confiez donc au maximum votre révélateur usagé à votre déchetterie locale.

L’utilisation de gants et de lunettes de protection est très vivement recommandée.
Conservez ce produit hors de portée des enfants.

La recette (Pour 300 à 350mL de révélateur)

Etape 1 – Récupérer le principe actif

Exemple avec de la sauge

Notre première mission pour préparer ce révélateur est de venir extraire le principe actif des plantes ou du café que nous avons. Pour cela, une simple infusion suffit !

Avec du café : Prenez 150mL d’eau, puis ajoutez-y le café soluble, et mélangez jusqu’à dissolution complète.

Avec des plantes : Plongez vos plantes séchées dans 150mL d’eau, puis faites bouillir durant 15 minutes. Enfin, filtrez avec un tissu, ou un filtre à café, puis laissez refroidir à température ambiante.

Etape 2 – Fabriquer le révélateur

Pour cette étape, l’utilisation de gants et de lunettes de protection est très vivement recommandée.

A gauche, la préparation chimique diluée,
et à droite, mon infusion de sauge

Ajoutez 150mL d’eau dans un second récipient.

Avec le Kit RévéPlant : versez doucement 21g de préparation chimique RévéPlant dans le récipient.

Avec une préparation fait-maison : Pour préparer un équivalent de la préparation chimique du kit, mélangez le carbonate de sodium, la vitamine C, et le sel iodé ensemble, et versez le tout doucement dans le récipient.

Dans un cas comme dans l’autre, mélangez ensuite doucement jusqu’à dissolution complète. Ca demande un petit moment, mais prenez votre temps pour veiller à ne pas vous éclabousser.

Pour finir, ajoutez la préparation de café ou de plantes réalisée à l’étape 1. Mélangez à nouveau quelques instants puis laissez poser 5 minutes.

Avant de passer à l’étape suivante, pensez à tester votre révélateur. Plongez-y un morceau de l’amorce de votre pellicule. Celui-ci doit alors devenir entièrement noir. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il y a eu un problème lors de sa confection, et que celui-ci ne fait pas son travail.

Etape 3 – Développement

Mon révélateur à la sauge, prêt à être utilisé

Le développement se passe de manière assez classique, vous pouvez utiliser votre révélateur tel quel dans votre cuve de développement.

On utilise 15 minutes comme temps de référence pour la majorité des pellicules utilisées à des sensibilités inférieures ou égales 400 ISO, et jusqu’à 17 à 20min au-delà.

Vous pouvez aussi utiliser des outils tels que Massive Dev Chart qui donnent les durées de révélations utilisées par d’autres personnes. A noter que cette recette est l’équivalent du Caffenol C-H, mais les temps de révélation donnés pour le Caffenol C-M sont eux aussi valables (hors version ‘RS’) .

Durant la révélation, mélangez pendant 10 secondes au début de chaque nouvelle minute, puis tapez le fond de votre cuve de développement sur la table afin de chasser les bulles d’air.

Etape 4 – Bain d’arrêt, fixation, rinçage

La suite du développement se fait de manière classique.
Attention cependant, si vous utilisez un bain d’arrêt acide, ce dernier peut relâcher beaucoup plus de gaz qu’avec d’autres révélateurs, ne fermez pas completement votre cuve de développement.

Vous pouvez donc passer au bain d’arrêt, puis au fixateur, et enfin rincer votre pellicule comme vous le feriez avec un révélateur classique.

Une Ilford Pan 100 (35mm)
développée avec du café
Une Ilford FP4 (format 120)
développée avec de la sauge

Vous obtenez alors une pellicule parfaitement développée, et rien qu’avec des produits non-toxiques !

Le seul bémol de cette recette est qu’il est très dur d’avoir une constance parfaite dans les développements. Il arrive d’obtenir des pellicules légèrement sur, ou sous-développées du fait que les plantes et le café n’aient pas une quantité de principe active très précise.

Si vous souhaitez avoir des pellicules qui soient toutes exactement de la même manière, je déconseille donc cette pratique. Mais l’expérience vous conviendra parfaitement si vous souhaitez simplement obtenir vos photos sans avoir besoin d’une révélation parfaitement contrôlée à la seconde prêt.

Un peu moins de précision pour beaucoup moins de pollution, c’est pas mal non ?

Vous aimez cet article ?

Notez le !

Vous avez trouvé ce post utile ?

Partagez le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *